Blog

9 décembre 2019 – « Oh ça, je l’ai chiné » ou Comment ne pas ressembler à tout le monde

Trop jolie cette robe, ou l’as-tu achetée ? On l’entend, on le dit et on aime répondre que « Non, tu ne pourras pas trouver la même parce qu’elle n’existe pas dans le commerce traditionnel. Elle vient d’une petite friperie que je viens de découvrir (depuis mon canap avec un paquet de chips au vinaigre pas loin, promis on arrête bientôt…) ».

Une friperie c’est la promesse de ne pas se retrouver habillée comme sa collègue, sa voisine, une fille croisée au supermarché. Si en plus on peut éviter de fouiller dans des bacs qui débordent et qui ne sentent pas toujours très bon…

C’est aussi la possibilité d’acheter du « fabrication française » à petit prix et de craquer pour cette robe longue de cérémonie qu’on aurait jamais achetée neuve (parce que y laisser la moitié de sa paye ce n’est peut-être pas une bonne idée).

Qu’on se le dise, les fripes c’est chic 😉

10 novembre 2019 – Un shooting spécial fêtes de fin d’année

La maison

Elle m’a dit « Pour trouver la clé c’est facile, je l’ai laissée à gauche en entrant, sous une pierre qui est sous une grille que tu trouveras à droite d’un seau, le 2ème seau parce que le 1er c’est plutôt une bassine.

C’est en fait la clé de la boite aux lettres. Tu trouveras une enveloppe dans la boîte, tu l’ouvres et tu auras la suite des indications. »

La maison, je la connais déjà, c’est ici que nous avons shooté les produits de cet hiver. Cette fois, nous nous sommes installées dans la chambre.

L’ambiance du shooting

J’avais envie de raconter l’histoire d’une fille qui se prépare dans sa chambre, qui essaye la moitié de son armoire et qui pose devant son miroir pour faire son choix.

Elle y essaye la tenue qu’elle mettra le soir du réveillon de Noël. Cette robe dans laquelle elle se sentira bien, cette robe dans laquelle les convives lui diront qu’elle est toujours aussi jolie. Ça, elle le sait, elle se le répète tous les jours devant son miroir : mission auto boost.

Elle hésitera et se dira que cet ensemble sera celui qu’elle portera le 31 décembre. Elle veut qu’il la voit avec cette jupe qu’elle fera tourner en chantant très fort « Tu m’oublieras » (dites-moi que vous aussi…). Alors elle danse jusqu’à en avoir le tournis, elle répète…

Elle veut que ça brille, que ça vibre, que sa tête tourne, elle veut l’ivresse et la folie douce.

Il faudra ensuite trouver le bon accessoire, celui qui ajoutera ce petit truc, celui qui lui permettra de se rapprocher d’elle pour le voir de plus près.

Et si les fêtes de fin d’années n’étaient qu’un prétexte pour porter des paillettes ? Et si porter des paillettes n’importe quel jour en faisait déjà un jour de fête ? Vous avez 2 h 😉

Merci

Un grand merci à mon équipe de choc, ma mannequin et mes 2 photographes, qui ont su mettre en images celles que j’avais en tête.

Ce que vous ne verrez pas :
  • Les sandwichs avec beaucoup trop de fromage qui dégouline
  • Un chou à la crème orange
  • Un chat qui vient réclamer à manger toutes les 5 min
  • Les pinces pour serrer les vêtements trop grands
  • Les bonbons et cookies trop vite mangés
  • La mannequin enroulée dans un plaid entre 2 photos

10 août 2019 – Coulisses d’un shooting

Un shooting c’est 5 valises bien rangées au début, 34 changements de tenues, 14 « finalement c’était mieux avec les autres chaussures », c’est trop de cafés, 15 « tu peux mettre tes cheveux derrière ? », 80 « j’adore ».
C’est aussi 2 jours sans tellement dormir, l’excitation de la 1ère heure, la fatigue de fin, des positions de photographe improbables, un moment de panique en croyant voir un serpent qui n’était qu’une bobine de film.
C’est 140 sourires et beaucoup d’éclats de rire, 3 « tu l’as mis à l’envers », 22 « mes cheveux ça va comme ça ?», c’est un lieu choisi parce qu’il raconte une histoire.
C’est des heures de préparation, c’est 1600 photos à trier avec l’envie de presque tout garder
C’est un souvenir magique, c’est l’envie de recommencer très vite.
Un shooting c’est 5 valises qu’on n’arrive plus à fermer et une nouvelle histoire qui commence

6 juin 2019 – Là ou tout commence

L’histoire des Friplettes c’est celle d’une petite fille qui adorait fouiller dans les armoires de sa mère, grand-mère, arrière grand mère. Puis, qui a goûté à la chasse aux trésors dans les friperies, au plaisir de fouiller jusqu’à tomber sur ce vêtement qui lui met des étoiles dans les yeux.

C’est l’histoire de cette petite fille devenue adulte et qui continue, avec autant d’excitation, à fouiner dans les armoires, greniers, brocantes… Aujourd’hui, elle aime chercher pour les autres, les imaginer faisant revivre les pièces. C’est parfois dur de ne pas tout garder pour elle tellement sa passion pour les vêtements est grande.

Elle, c’est moi et c’est avec vous que j’ai envie de vivre cette aventure, pour vous que je vais dénicher des trésors, pour qu’on vous dise « Waouh, j’adore. Où l’as-tu acheté ? » et vous répondrez « oh, ça ? Je l’ai chiné ».